Des pseudo-maladies pour vendre des médicaments

Selon la revue du Plos (Public Library of Science, organisation à but non lucratif), publiée mardi, l’accroissement indu de la consommation médicamenteuse a aussi pour conséquence d’augmenter les dégâts iatrogéniques (effets indésirables dus aux traitements) d’autant plus dommageables lorsque le bénéfice potentiel du traitement pour la personne concernée est discutable.
Publicités
Cet article a été publié dans benzodiazépine et drogue Z. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s