Vous connaissez… Le rohypnol

Noms communs : roofies, roachies, La Roche, rope, rophies, ruffies

Qu’est-ce que le Rohypnol ?

RohypnolMD est le nom de marque du Flunitrazépam, un médicament aux effets sédatifs fabriqué et commercialisé à l’extérieur de l’Amérique du Nord à des fins médicales. Au Canada et aux États-Unis, la possession, le trafic, l’importation et l’exportation de cette substance sont illégaux.

Le Rohypnol appartient à une famille de médicaments appelés benzodiazépines, qui comprend aussi le diazépam (ValiumMD) et le lorazépam (AtivanMD). Les benzodiazépines sont des dépresseurs du système nerveux central qui atténuent l’angoisse, causent un état de somnolence et entraînent un ralentissement du rythme cardiaque, de la respiration et de la réflexion. Le Rohypnol est surtout utilisé à des fins médicales pour traiter à court terme l’insomnie.

Le Rohypnol a été qualifié de " drogue du viol " par les médias. Bien qu’il y ait peu de preuves de l’usage du Rohypnol au Canada, certains rapports ont fait état de l’utilisation de drogues pour faciliter l’agression sexuelle. Il est possible que d’autres drogues comme le GHB, la Kétamine, l’alcool et d’autres benzodiazépines aient joué un rôle dans ces incidents.

À quoi ressemble le Rohypnol ?

Les comprimés de Rohypnol sont blancs avec une ligne ou une croix sur un côté et la mention " ROCHE " et " 1 " ou " 2 " dans un cercle sur l’autre côté. Hoffman-La Roche Inc., la compagnie pharmaceutique qui fabrique le Rohypnol, a récemment arrêté de fabriquer le comprimé de 2 mg, plus fort. Le Rohypnol vendu dans la rue conserve souvent son emballage-coque, ce qui laisse penser, à tort, que cette drogue est légale et inoffensive. Cette substance se prend normalement par voie orale. Cependant, elle est parfois écrasée et reniflée.

Qui prend du Rohypnol ?

Lorsqu’il est pris à des fins non médicales, le Rohypnol est rarement utilisé seul. Il sert d’habitude à accentuer l’effet d’autres drogues, en particulier l’alcool, la marijuana ou l’héroïne. Le Rohypnol permet également d’atténuer les effets ultérieurs de drogues comme la cocaïne, l’ecstasy ou les amphétamines.

Les usagers du Rohypnol " récréatif " sont des adolescents et des jeunes adultes qui le combinent habituellement à l’alcool.

Jusqu’à récemment, le comprimé de Rohypnol se dissolvait rapidement dans les liquides. Il était donc facile de le glisser dans une boisson sans que la personne s’en aperçoive. Une fois que la drogue faisait effet, la victime, sous sédation, ne pouvait résister à une agression sexuelle.

Depuis 1997, la composition des comprimés a été modifiée pour qu’ils se dissolvent plus lentement dans les liquides, qu’ils fassent virer au bleu la couleur des boissons transparentes et qu’ils rendent troubles les boissons plus foncées, permettant ainsi de déceler plus facilement la présence de la drogue. Même avec ces changements, il faut surveiller sa boisson dans les parties et dans les bars.

Quels sont les effets du Rohypnol ?

Les effets du Rohypnol dépendent de plusieurs facteurs, entre autres :

  • votre âge et votre poids
  • la quantité absorbée et la fréquence de consommation
  • la durée d’utilisation
  • la méthode d’absorption
  • le milieu ambiant
  • l’état médical ou psychiatrique préexistant
  • la consommation simultanée d’alcool et d’autres drogues (illicites, sur ordonnance, en vente libre ou à base de plantes)

Les effets du Rohypnol commencent 30 minutes après son absorption et atteignent leur maximum dans les deux heures qui suivent. Un seul comprimé de 1 mg peut agir pendant huit heures. Compte tenu de la dose prise, le Rohypnol peut vous donner une sensation de détente et de calme ou de somnolence, ou il peut vous rendre maladroit ou vous faire perdre conscience.

Même lorsque cette drogue est consommée sans alcool ni autres drogues, les usagers peuvent donner l’impression d’être ivres. Les effets du Rohypnol incluent une réduction de l’inhibition et du discernement, une élocution difficile, une sensation de faiblesse et de vacillement, des étourdissements, une sensation de confusion et un état d’endormissement profond.  Ses usagers peuvent également éprouver des troubles visuels et une perte de mémoire. Ces effets sont accentués lorsque le Rohypnol est combiné à de l’alcool et peuvent souvent se terminer par des périodes de " voile noir ", c’est-à-dire des périodes de huit à 24 heures dont la personne ne se souvient pas.

Le Rohypnol est-il dangereux ?

Les dangers les plus extrêmes et immédiats de cette substance proviennent de ses effets intoxicants et sédatifs. Les usagers " récréatifs " qui combinent le Rohypnol à d’autres dépresseurs comme l’alcool risquent de se sentir plus intoxiqués qu’ils ne l’avaient prévu. Il est possible qu’ils soient incapables de penser clairement ou de se protéger d’un danger. S’ils perdent connaissance, ils risquent de vomir et de s’étouffer.

Lorsque le Rohypnol ou d’autres drogues sont dissous dans une boisson à l’insu de la personne, ces drogues deviennent complices du crime. De nombreuses victimes d’agression sexuelle déclarent s’être réveillées nues et contusionnées, après avoir eu des relations sexuelles non protégées, expérience dont elles ne se souviennent plus.

Conduire ou faire fonctionner des machines sous l’effet du Rohypnol ou de toute drogue accroît le risque de blessure corporelle tant pour l’usager que pour les autres.

Le Rohypnol peut-il créer une dépendance ?

Parfois. Le potentiel d’accoutumance au Rohypnol dépend de la quantité absorbée, de la durée de consommation et de la présence d’une accoutumance à une autre drogue.

Si les usagers prennent du Rohypnol tous les jours pendant plusieurs semaines, ils pourront développer une dépendance. Ils auront l’impression d’avoir besoin de cette drogue pour se détendre ou s’endormir. Les personnes qui sont accoutumées au Rohypnol développent une " tolérance " à ses effets ; par conséquent, elles ont besoin d’augmenter la dose pour obtenir les résultats escomptés.

Les personnes qui prennent régulièrement du Rohypnol pendant plus de quatre semaines devraient consulter un médecin pour qu’il les aide à gérer un sevrage graduel. Les symptômes normaux du sevrage, qui peuvent être modérés ou importants, comprennent : angoisse, insomnie, nausées, vertiges et dépression. Le sevrage abrupt risque de causer des symptômes graves comme des convulsions et une psychose.

http://www.camh.net/fr/About_Addiction_Mental_Health/Drug_and_Addiction_Information/rohypnol_dyk_fr.html

Publicités
Cet article a été publié dans benzodiazépine et drogue Z. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s