LES BENZODIAZÉPINES: Plus dangereuses qu’on ne le pense

Tolérance et sensation de sevrage entre deux prises

Il y a peu de gens qui réalisent qu’on peut ressentir des symptômes de sevrage tout en continuant à prendre des benzodiazépines. S’il en est ainsi, c’est qu’au moment où la tolérance au médicament s’accentue, les "bénéfices" qu’on retire en en prenant disparaissent de plus en plus rapidement: entre deux prises médicamenteuses, les symptômes peuvent être les mêmes qu’en période de sevrage proprement dite, imitant les problèmes (anxiété, panique, agoraphobie ou insomnie par exemple) que la benzodiazépine était censée résoudre à l’origine. En fait, ceux qui souffrent de sevrage entre deux prises craignent le plus souvent une détérioration de leur condition initiale, entraînant les prescripteurs à augmenter la dose, voire à prescrire d’autres médicaments tels les antidépresseurs, alors qu’en fait, il ne s’agit simplement que des effets secondaires liés aux benzodiazépines.

Le sevrage

Il arrive un moment où les effets négatifs engendrés par les benzodiazépines priment sur les bénéfices de départ. On peut en arriver à ressentir vivement les effets secondaires, à se sentir de moins en moins bien ou à prendre la décision de ne plus dépendre de médicaments pour faire face à ses problèmes. Néanmoins, il importe d’amorcer tout sevrage que très lentement et en consultant ceux qui s’y connaissent en la matière.

  • N’arrêter jamais la prise de benzodiazépines soudainement. Le sevrage "cold turkey", en particulier à partir de fortes doses de benzodiazépines, est extrêmement dangereux et peut entraîner des crises et des effets secondaires dommageables à long terme.

  • Si vous avez décidé de réduire la dose ou d’arrêter de prendre des benzodiazépines, essayer de trouver de l’appui chez un médecin ou tout autre prestataire de soins qui connaît ce sujet.

Le sevrage est différent selon les personnes. Quelques-uns ne ressentiront aucun effet secondaire. Mais la plupart éprouveront de nombreux symptômes, parfois toute la kyrielle, au cours de périodes plus ou moins longues, soit pendant le sevrage ou après avoir cessé de prendre définitivement des benzodiazépines. (La liste qui suit est partielle):

Symptômes les plus communs:

  • insomnie et sommeil agité

  • hausse d’anxiété et attaques de panique

  • symptômes grippaux

  • douleurs et raideurs musculaires (surtout au cou, mâchoires, épaules et jambes)

  • hypersensibilité à la lumière

  • dépression ou cafard

  • nervosité, agitation

  • problèmes de mémoire et de concentration

  • étourdissements et vertiges

  • faiblesse, tremblements, spasmes musculaires

  • palpitations, transpiration

  • nausée, indigestion, syndrome du colon irritable

  • modification de la vue, de l’audition et d’autres sens

  • obsessions

  • maux de tête

  • flashes suicidaires

Symptômes moins communs:

  • agoraphobie

  • oppression du crâne

  • sensation de dépersonnalisation (la perte de son identité)

  • déréalisation (sentiment d’étrangeté, perte de familiarité)

  • idées suicidaires persistantes, paranoïa

  • picotements, engourdissements

  • hallucinations auditives ou visuelles

  • poussées de rage et agressivité

  • sensations dermiques (aiguilles et épingles qui semblent entrer sous la peau)

  • hypersensibilité aux sons et au toucher

  • augmentation de la salive, difficulté à avaler

  • changements dans le cycle menstruel

Difficultés à obtenir de l’aide

La plupart des gens, y compris les médecins, ne se rendent pas comptent que leurs symptômes pourraient être causés par les benzodiazépines qu’ils consomment. Ces personnes pourraient ne pas comprendre ce qui se passe, parce que leurs médicaments sont prescrits par quelqu’un en qui ils ont confiance. De plus, il est fréquent qu’on devienne honteux à être dépendant d’un médicament ou qu’on ne sache pas où chercher de l’aide. Beaucoup de services d’aide aux dépendants s’adressent à ceux qui ont des problèmes d’alcool ou de drogues illégales. Or, on constate qu’il y a un manque de programmes gérés par des gens compétents destinés à ceux qui sont devenus dépendants des benzodiazépines et qui voudraient s’en sevrer.

extrait de:

http://www.benzo.org.uk./waf2.htm

Publicités
Cet article a été publié dans benzodiazépine et drogue Z. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s