Lettre à la société d’assurance-salaire du 27 avril 2001

Lettre à la société d’assurance-salaire du 27 avril 2001

"Complètement désemparé, j’ai rencontré mon médecin parce que j’étais extrêmement mal et parce que j’avais besoin de façon urgente d’un soulagement. Mon médecin a cru voir dans mon comportement les symptômes d’une dépression majeure sévère. Il m’a aussitôt prescrit des anxiolytiques et des antidépresseurs. En toute confiance, j’ai suivi rigoureusement son traitement, sans bien sûr mettre en doute en doute son diagnostic.

Mon désarroi s’est bien vite transformé en cauchemar. Ces médicaments ont eu, en ce qui me concerne, des effets indésirables et d’une rare intensité : du jour au lendemain, je me suis retrouvé au lit, en proie à la confusion la plus totale, complètement hagard et incapable de réagir efficacement aux événements, alors que la situation exigeait que je prenne des décisions importantes."

Publicités
Cet article a été publié dans benzodiazépine et drogue Z. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s