assurance maladie

La caisse nationale d’assurance maladie aurait-elle une grande responsabilité également ?

Les dossiers de I’Assurance Maladie
"Printemps 2002"
Focus Sanfé ; anxiolytiques et hypnotiques
Benzodiazépines : prévenir les mauvais usages p. 3
et la surconsommation
CNAIVITS – Les dossiers de l’Assurance Maladie, printemps 20O2 _
1"’ mars 2002
a
Focus Santé : médicament, anxiolvtiques et hvpnotiques
Benzodiazépines,
prévenir les mauvais usages et la surconsommation.
En France, on consomme trois fois plus de médicaments psychotropes qu’au Royaume Uni ou en Allemagne. ll existe une classe thérapeutique commune aux anxiolytiques et aux hypnotiques : les benzodiazépines.
3,4 millions de personnes consomment des benzodiazépinesl en France dont une majorité de femmes.
Parmi ces personnes, 47o/o ont une ancienneté du traitement supérieures à 5 ans, ce qui entraîne une certaine dépendance. Un problème d’autant plus préoccupant qu’il n’existe pas véritablement de culture du sevrage à ces produits dans le corps médical.
Les hommes jeunes, les femmes d’âge moyen et les personnes âgées de plus de 60 ans sont les plus concernés par cette surconsommation au long cours.
Le plus souvent, la prescription des benzodiazépines est faite par des médecins généralistes. Les conséquences de cette surconsommation sont graves en termes de dépendance aux produits et de risques associés à la consommation (baisse de la vigilance).S’ajoutent à cela les risques liés à I’association de ces produits avec d’autres médicaments, notamment chez les patients qui se voient prescrire des anxiolytiques et des hypnotiques et/ou des antidépresseurs.
Les benzodiazépines sont des médicaments utilisés par les personnes qui souffrent d’anxiété et/ou de troubles du sommeil. Ces médicaments sont massivement consommés dans notre pays. La France se range au premier rang européen de la consommation de psychotropes (anxiolytiques et hypnotiques communément appelés tranquillisants et somnifères).
Or I’expérience montre que ces médicaments sont souvent mal utilisés : dépassement de la posologie et des durées maximales de prescription, utilisation abusive dans des cas qui ne reièvent pas nécessairement de ce traitements.
Ce mauvais usage présente des risques clairement identifiés, notamment de dépendance lorsque les produits sont consommés à posologie élevée et à long terme. Parmi les différents médicaments concernés figurent le Ïranxène@ 50mg (,..), le Nordaz@ 1smg (…) qui se caractérisent par leur dosage fort ainsi que le Ro-hypnol@1mg (,..).Cette dernière spécialité, dont des déviations d’usage ont été constatées à de nom’breuses reprises,fait l’objet d’un suivi permanent par les autorités sanitaires,
L’Assurance Maladie a entrepris de dresser un bilan de la consommation de ces trois spécialités trop souvent utilisées au-delà des posologies usuelles et de déterminer le profil des prescripteurs et des consommateurs (voir encadré). L’étude, menée dans une dizaine de régions, offre un panorama global de la posologie journalière moyenne par patient, de la durée de traitement ; elle montre la nécessité d’une information mieux adaptée.

Les anxiolytiques et les hypnotiques appartiennent à une classe thérapeutique commune : les benzodiazépines
CNAMTS – Les dossiers de f,Assurance Maladie, printemps 2OO2 _
1"’ mars 2002
o Améliorer l’information des assurés sur les risques liés à la surconsommation des benzodiazépines Les patients amenés à avoir recours aux benzodiazépines doivent être conscients qu’une surconsommation a un impact tout à fait négatif sur leur vie quotidienne d’autant plus quand ils sont en activité. Ces produits ont pour caractéristique de diminuer le seuil de vigilance. Cela peut entraîner une augmentation des risques :
. d’accidents du travail,
. d’accidents de la route,
. de chutes, notamment chez les personnes âgées, avec rupture du col du fémur, à I’origine de nombreux décès prématurés chez les senlors.
Par ailleurs, lorsqu’ils sont "surconsommés", ces produits peuvent provoquer une dépendance physique ou psychologique, prendre une benzodiazépine en "continu" constitue une consommation exagérée par rapport aux recommandations, sauf cas particuliers tout à fait identifiés. Les patients concernés doivent être conscients de cet état de fait, ll est important d’en parler lors des consultations médicales.
Les conséquences du mauvais usage du Rohypnol@ sont telles qu’elles amènent à remettre en cause la molécule elle-même. La "puissance" de ce médicament est en effet sans commune mesure avec les nécessités pratiques de la prescription. ll s’agit le plus souvent de difficultés d’endormissement banales, notamment chez les patients âgés.
ll existe de nombreuses alternatives au Rohypnol@ et des règles récentes, relatives à la délivrance et à la prescription de ce produit ont permis d’en diminuer fortement la consommation et par conséquent le mauvais usage.
Le risque est élevé de susciter une toxicomanie chez les sujets en situation de surconsommation. Pour les utilisateurs de plus de 65 ans (qui sont 30 % à dépasser la posologie maximale) une consommation au long cours peut entraîner :
– une baisse de la mémoire,
– un affaiblissement de la tonicité musculaire,
– une diminution de la vigilance diurne
L’Assurance Maladie entend sensibiliser le grand public sur les risques liés à la surconsommation des
benzodiazépines, et à la dépendance physique ou psychologique à laquelle elle peut conduire :
. en informant les assurés que des difficultés d’endormissement, des manifestations d’anxiété ne sont
pas nécessairement d’ordre pathologique et ne nécessitent pas une prescription "en continu",
. en incitant les prescripteurs à veiller à ce que ces spécialités soient utilisées de façon plus
rationnelle, dans le cadre des référentiels médicaux existants.
L’URCAM du Centre a ainsi prévu fin avril, la diffusion d’une plaquette d’information aux professionnels de santé concernés et 3 émissions sur France bleue au cours desquelles les assurés pourront poser des questions à un médecin conseil, et également à un médecin libéral.
En Champagne Ardenne, outre les plaquettes d’informations remises aux professionnels de santé et aux assurés les caisses primaires organisent des réunions avec les personnes âgées afin de leur présenter les médicaments et surtout redéfinir avec elles des notions telles que le besoin en sommeil, ou I’anxiété.
CNAMTS – Les dossiers de l’Assurance Maladie, printemps 2002
1 mars zuuz
Benzodiazépines : une surconsommation risquée :
Si les consommateurs de ces spécialités ont une moyenne d’âge plutôt élevée, les études menées montrent que la surconsommation d’anxiolytiques ou d’hypnotiques touche toutes les classes d’âge. Alors que les femmes sont généralement plus nombreuses à consommer ces produits, les hommes sont plus concernés par le dépassement
de posologie,
. Un non-respecf des poso/ogies chez 20 à 40 % des patients
Au total, plus de 36 % des patients dépassent la posologie maximale recommandée pour le Nordaz@ et le Rohypnol@ contre 23 % pour le Tranxène@. La surconsommation est particulièrement forte chez les jeunes,
Entre 20 et 40 ans, 50 % des consommateurs de Rohypnol @ dépassent la posologie usuelle maximale recommandée Pour le Tranxène @, le chiffrest de 30 %. La situation redevient également préocupante chez les patients âgés de plus de 65 ans. En effet, les recommandations thérapeutiqueJprévoient une diminution de moitié des posologies de Rohypnol@ chez les sujets âgés. Pour autant, 30 % de ces patients sont en situation de
surconsommation. Pour le Nordaz@, le dépassement de la posologie concerne toutes les classes d’âge (40 %des patients entre 45 et 65 ans).
Cet écart par rapport aux bonnes indications thérapeutiques n’est pas sans conséquences. Chez les personnes qui dépassent la posologie maximale, la consommation de benzodiazépines est trois fois plus forte que chez les autres.
Dans la plupart des cas de dépassement de posologie, la prescription relève des médecins généralistes, Dans 83 % des cas de surconsommation de Rohypnol@, la prescription a été établie par un généraliste. En Alsace, ou de nombreux cas de non respect des référentiels de prescription ont été observés, seu-ls 15 à 20 % des patients dépassant la posologie étaient dans une situation médicale qui pouvait justifier ce dépassement.
. un dépassemenf des durées de traitement chez 30 à 50 % des patients
Au regard des règles prévues dans I’autorisation de mise sur le marché (AMM), la durée "normale" de traitement au moment de l’étude est de 12 semaines pour le Tranxène@ et le Nordaô et 7 jours pour le Rohypnol@. Les durées de traitement sont dépassées dans près de 50 % des cas pour le Tranxène@ et le Rohfpnol@ et dans près d’un tiers des cas pour le Nordaz@. D’après les études, les patients concernés par les posologies les plus élevées dépassent également dans leur grande majorité la durée de traitement. Ce résultat suggère fortement une dépendance des patients aux produits. ll peut arriver dans certains cas que la consommation faite du produit ne corresponde pas à un usage médical ou personnel.

2 Etude menée du 1"’ juin19_99au 31 janvier2000dansdixrégions (Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Centre,
Champagne Ardenne, Midi Pyrénées, Nord Pas de Calais, Provence Atpes côtb d’Atur et Rhône ntpesi. ôe nouvelles
modalités de prescription de Rohypnol@ sont intervenues en février 2001 ; ainsi la durée du traitemént ést passé de 4 semaines
à 7 iours.
Contacts presse :
CI{AMTS:
Sandra Gamier
Tët.01 4279 4266
e-mail :
sandra.gamier@cnamts.fr
CNAMTS – Les dossi-ers de l,Assurance Ma1adie, prj.ntemps 2002
1" mars 2002
DDB&Co:
Elisabeth Alfandari
Tér. 01 53 32 5ô 48
e-marl : elisabeûr.alfandari@ddb,fr

Publicités
Cet article a été publié dans benzodiazépine et drogue Z. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s