Les psychostimulants ou amphétamines

Les psychostimulants ou amphétamines Historique : La consommation d’amphétamines existe en France depuis la fin des années 1940. D’abord très discrète, elle a pris de l’ampleur dans les années 1960. Les amphétamines étaient en vente libre jusque dans les années 1970 en France (Maxiton®, Corhydrane ®). Par la suite, jusqu’au début des années 1990, les amphétamines consommées étaient essentiellement des médicaments détournés de leur usage, notamment l’Orténal®, et le Dinintel®. De 1995 à 1999, date à laquelle ces médicaments à base d’amphétamines ont été retirés du marché, une forme d’amphétamine en poudre ou en pâte, de production clandestine, appelée "speed", a progressivement remplacé les formes médicamenteuses, d’abord au sein de l’espace festif"techno", puis sur l’ensemble du marché.
Les amphétamines cachées Il existe encore en France (2004) des médicaments apparentés à l’amphétamine qui sont commercialisés pour des usages divers.Zyban® (bupropion alias amfébutamone) Il a une autorisation de mise sur le marché pour le sevrage tabagique. Il a des effets indésirables de type amphétaminique (convulsions, HTA, palpitations, tachycardie, insomnies, crises d’angoisses, TS….) et des effets immunoallergiques nombreux. Le rapport de l’OFDT n°232 (septembre 2003) signale ce produit parmi les nouveaux identifiés sur la période 1998-2002 du fait de sa dangerosité potentielle. Ritaline® (méthylphénidate) Elle est utilisée pour ses effets psychostimulants dans la narcolepsie et les troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité chez l’enfant. (primo prescription réservée aux psychiatres hospitaliers).
Ce produit entraîne une accoutumance masquée et une dépendance physique.
En 2004 il est signalé des sniffeurs de Ritaline.Sibutral® (Sibutramine) Du groupe des amphétamines du fait de son mécanisme d’action et de sa structure chimique il a des effets indésirables fréquents et identiques aux amphétamines (neuropsychiques et cardiovasculaires). Ce médicament est prescrit pour maigrir avec une prescription initiale annuelle réservée aux spécialistes et /ou services spécialisés en endocrinologie et maladies métaboliques, en cardiologie, en médecine interne. Les dérivés de l’éphédrine La norephédrine alias phénylpropanolamine et la pseudoéphedrine utilisés normalement pour leurs effets vasoconstricteurs dans des spécialités décongestionnantes de la sphère ORL. Ces produits et des plantes du groupe Ephedra "MA HUANG" utilisées dans des préparations magistrales comme anorexigènes viennent d’être interdites en France (début 2004) (l’amphétamine est une désoxynoréphédrine). Mediator® (benfluorex) Il est commercialisé comme traitement adjuvant des l’hypertriglycéridémies et du diabète avec surcharge pondérale.
L’OMS le classe parmi les anorexigènes (parenté chimique avec les anorexigènes amphétaminiques). Ce produit figure d’ailleurs sur la liste des produits dopants au titre des stimulants.
On le retrouve comme traitement à visée amaigrissante dans des ordonnances hors AMM. Mécanisme d’action Les amphétamines agissent principalement sur les voies dopaminergiques, sérotoninergiques et noradrénergiques. Sur le système dopaminergique, elles inhibent la recapture de la dopamine (comme la cocaïne), et provoquent de plus la libération massive de dopamine dans l’espace intersynaptique. Les effets La prise d’amphétamines entraîne euphorie, facilitation des rapport sociaux, désinhibition, logorrhée, hypervigilance, insomnie, hypermnésie, agitation motrice, tachycardie, hypertension artérielle, mydriase, anorexie, nausée. Cet effet dure quelques heures, la phase de "descente" est ensuite souvent difficile avec dysphorie et état dépressif. Complications La toxicité générale des amphétamines est forte. Les complications de la prise d’amphétamine sont l’insomnie, les crises agressives, la psychose amphétaminique (délire paranoïaque aigu avec ou sans hallucinations), et les complications de l’injection intraveineuse le cas échéant. Les amphétamines sont toxiques chez la femme enceinte (avortements, hématomes rétroplacentaires) et le foetus (retard de croissance intra utérin, souffrance foetale chronique, mort foetale in utero).
Les amphétamines induisent une dépendance physique faible et une dépendance psychique moyenne. Chez le consommateur régulier, un syndrome de sevrage est possible: fatigue, insomnie ou hypersomnie, agitation psychomotrice, et surtout état dépressif. La neurotoxicité des amphétamines est forte. Les anorexigènes amphétaminiques ont été retirés de la vente suite à des effets indésirables graves : hypertension artérielle pulmonaire, atteintes valvulaires cardiaques et troubles neuropsychiatriques.

http://www.ravmo.org/index.php?option=com_content&view=article&id=56:medicaments&catid=29:drogues-licites&Itemid=67

L’amphétamine-bupropion (ZYBAN®) LP

 Il s’agit d’un antidépresseur proche des amphétamines, inhibiteur du recaptage de la dopamine et de la noradrénaline

 http://www.paris-nord-sftg.com/cr.tabac.0204.htm

 

ZYBAN est contre-indiqué

chez les patients ayant un trouble convulsif évolutif ou présentant un quelconque antécédent convulsif, chez les patients ayant une tumeur du système nerveux central connue et chez les patients en cours de sevrage alcoolique ou de sevrage en benzodiazépines.

 

Il s’agit d’un antidépresseur atypique qui possède un potentiel

d’abus et de dépendance parfaitement démontré chez l’animal par des études d’auto-administration et de discrimination. Chez l’homme, ce potentiel addictif semble modéré et présenté certaines similitudes avec les effets de l’amphétamine. Une déviation d’usage liée aux effets secondaires (effets anorexigènes et prosexuels) ne peut pas être écartée. En raison de ce potentiel d’abus et de dépendance rare mais non exceptionnel,

 

Oct./Dec. 2001   http://www.afssaps.fr/var/afssaps_site/storage/original/application/62f7cba63dcb5f47fb89ed8e093c3d2b.pdf

Modiodal : Arrêté du 25 octobre 1999

http://admi.net/jo/19991107/MESS9923344A.html

amphétamines, antidépresseurs, médiator…

http://amphetamine.sosblog.fr

Cette entrée a été publiée dans psychotropes. Bookmarquez ce permalien.

2 réponses à Les psychostimulants ou amphétamines

  1. fizwizbiz dit :

    Bonjour,
    Et que pourrait etre le "traitement" de substitution pour le malade?

  2. michel dit :

    La vie est vraiment trop courte et il est domage que des dictateurs coinces ,interdisent avec l\’aide de brutes ,le chois de nombreus individus de consommer des produis qui les aident a vivre et a pratiquer le sens de leures vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s